Actualité‎ > ‎

Certaines victimes de punaises de lit n’ont pas la capacité de contrer l’infestation.

publié le 22 nov. 2012 à 16:38 par Marc Tardif
De plus en plus, Punaise.info recoit des appel à l’aide de personnes démunies, dont certaines vicitmes de punaises de lit qui n’ont pas la capacité de contrer l’infestation de punaises de lit de leur domicile.

Parmis d’autres, les personnes handicapées physiques ou ayant une maladie ou un handicap mental sont parfois dans l’incapacité d’effectuer le ménage et les tâches nécéssaire en périférie de l’extermination effectuée par un professionnel.

Toutefois, ce sont les personnes financièrement démunies qui nous contactent le plus souvent afin de nous partager leur situation critique.  Ceux-ci habitent souvent à logement ou en logements sociaux et sont victimes de punaises de lit.  Bien qu’il soit du ressort des propriétaires d’éliminer les punaises de lit, ceux-ci semblent peu informés du phénomène et de leurs obligations.  “Mettez du savon à vaisselle!” lançait inconsciemment un propriétaire à son locataire exaspéré de la situation.

Bien que les locataires avertissent leurs propriétaires, nous avons conscience d’une certaine lenteur de propriétaires face à la détresse vécue par certaines personnes démunies ou non.  

Au traumatisme de  l’infestation, s’ajoute parfois:
  • L’ignorance du phénomène par le propriétaires.
  • L’ignorance des responsabilités qui leurs incombent (extermination).
  • L’inspection par un exterminateur des lieux souvent payée par le locataire essayant de démontrer le problème et son ampleur au propriétaire.
  • Le propriétaire n’effectuant pas de traitement.
  • La mise en demeure. (encore des frais)
  • Les longueurs bureaucratiques d’une plainte à la régie du logement.
  • etc...

Les délais interminables poussent parfois les locataires à défrayer eux-même les frais d’une extermination.  Toutefois, certains locataires n’ont tout simplement pas les moyens d’absorber les cout d’un tel traitement ce qui permet aux punaises de lit de se propager davantage et souvent d’infester d’autres locataires, voir l’immeuble au complet.

Nous sommes d’avis que pour des raisons de santé publique,  la Régie du Logement devrait réviser son processus concernant les plaintes de punaises de lit afin de forcer plus rapidement le proprietaire à faire déinsectiser un appartement affecté.


Comments