Actualité‎ > ‎

Des supposées punaises de lit qui s’avèraient en fait être des poux d’oiseaux.

publié le 5 févr. 2014 à 17:42 par Marc Tardif   [ mis à jour : 4 juil. 2014 à 06:13 ]
boutique.punaisedeslits.info


Fin Mars, il y a quelques années, je reçois l’appel d’une cliente qui a fait traiter son domicile contre les punaises de lit par deux différentes firmes d’extermination mais qui dit avoir toujours la présence de ces ectoparasites dans son domicile. 

Après une inspection rigoureuse de la maison et avoir passé au peigne fin tout le mobilier et autres cachettes potentielles, je me vis dans l’obligation d’annoncer à la dame qu’il n’y avait aucune évidence d’activité actuelle de punaises de lit mais qu’encore pire, il n’y en avait jamais eu. 

La dame et sa petite fille étaient toutefois affligées de réactions cutanées sur tout le corps qui s’apparentaient étrangement à des morsures.  C’est alors que je me mis à la questionner et à envisager les autres hypothèses possibles. La présence de chauve souris aurait pu engendrer une présence de punaises de chauve-souris ou d’un autre parasite. 

Un antécédent ou une présence de rongeurs, souris, tamia ou écureuil dans la structure aurait pu infester la résidence de puces. Je me rappelais un cas de tropical rodent mites. La présence d’un raton-laveur dans l’entre-toît, il peut entre autre propager les punaises de chauve-souris (cimex pipistrella) d’un bâtiment vers un autre. Un grand nombre d’oiseaux se perchant continuellement près des fenêtres ou sur la toiture?? J’ai donc décider d’inspecter sous les électros, au sous-sol et dans le plafond suspendu de celui-ci, à la recherche d’excréments ou d’autres évidences. Rien... 

Au moment où j’étais au grenier, tout juste en haut du lit de la fillette, je me disais que j’étais bien loin de l’inspection classique de punaises de lit pour laquelle j’avais été appelé, mais je posais les actions qui différencient un technicien en gestion parasitaire d’un simple exterminateur. 

C’est alors que j’ai entendu un son. Ce bruit était causé par un étourneau sansonnet qui revenait à son nid. Puis un second. Un beau petit nid douillet, dans l’isolant, tout juste au dessus de la chambre de la petite. Ces oiseaux, comme plusieurs autres étaient porteurs de petits parasites se nourrissant de sang : les poux rouges de l’oiseau. Tant que ces parasites sont en présence de leur hôte primaire, ils s’en nourriront, par contre, tôt au printemps, la nourriture pour les oiseaux se fait peu abondante, ce qui implique qu’ils s’absentent du nid pour de longues périodes. La population de poux d’oiseaux en profitait donc pour s’infiltrer par le contour du plafonnier et ainsi tomber directement dans le lit de la petite, et s’en nourrir. Mais pourquoi y avait-il eu une acalmie de quelques jours après les traitements contre les punaises? 

Et bien, parce que ces exterminateurs, contrairement aux règlements, avaient vaporisé des produits liquides directement sur le matelas. L’effet résiduel du produit tuait les poux dès leur arrivée. Une fois cet effet résiduel disparu, et bien les morsures reprenaient de plus bel. 

Pour résoudre le problème, j’ai tout d’abord évacué les oiseaux, colmaté leur accès puis traité le vide de structure. Sachant que la durée de vie de ces arthropodes n’est guère plus de 10 à 14 jours et que les femelles ne peuvent générer des oeufs qui si elles consomment du sang d’oiseaux, j’ai avisé la cliente que si l’on stoppait à ce moment l’intervention, la situation se résorberait en deux ou trois semaines. 

Je préfère toujours minimiser l’application de pesticides. Par contre, après tout le trouble que cette situation lui avait apporté, elle voulait que ça se règle tout de suite, j’ai donc chargé un traitement de l’aire habitable et l’ai effectué.. 

A ma visite de suivi et ré-inspection après traitement, c’est une femme heureuse que j’ai vu et une fillette dont les lésions avaient presque toutes disparues. Cette cliente m’envoie une carte à chaque Noël. Pourtant, je n’ai fait que mon travail et utilisé mes connaissances sur ce qui me passionne : les punaises de lit et les autres ecto-parasites. 

Eric Sirois de SIROIS Extermination. Québec, Canada. 
L’auteur est spécialiste en gestion parasitaire.
Comments