Actualité‎ > ‎

Les punaises de lit indisposent peut les politiciens.

publié le 16 avr. 2011 à 20:03 par Marc Tardif
Le phénomène de punaises de lit semble encore peut préoccuper les politiciens canadiens en cette élection fédérale.  Avec un taux d'infestation d'environ 2,4% on peut croire qu'il s'agit d'un dossier bien contrôlé.

Cela témoignerait de l'ignorance la plus totale du monde politique pour ce qui attrait à la capacité de reproduction exponentielle (exposant 300) des punaises de lit.

En 2004, à New York, seul 537 plaintes avaient été logées à propos des punaises de lit.  En 2009 le nombre de plainte avait augmenté à 34 000.  En 2010 c'est un New Yorkais sur quinze qui se disait infesté.  (source

Si la situation se transposait à la région métropolitaine de Montréal, c'est plus de 110 000 personnes qui pourraient être victimes des punaises de lit chaque année.  

Dernierement un article de pieuvre.ca nous rapportait que le Candidat NPD aux élections fédérales 2011 dans Outremont (englobant aussi parc-extension et côtes des neiges), Thomas Mulcair avait fait allusion au problème des punaises de lit: 

« Nous devons veiller à ce que des logements sociaux soient construits, mais aussi que le parc immobilier actuel soit entretenu. Nous avons de gros problèmes de vermine, et on commence à avoir des problèmes de punaises (de lit)» (lire l'article

Toutefois, en général, les partis politiques semblent encore dormir au gaz sur la question, alors que la ville de Montréal a promis aux citoyens un plan d'action sans fonds spéciaux.

Entre temps, il ne reste aux citoyens que la prudence et une action rapide en cas d'infestation. 







 
Comments